Mike Metz - écologie, agroécologie, permaculture, fermes urbaines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

digressions éthiques

Fil des billets

jeudi 18 juin 2009

Barroso part en vrille avec sa commission, 4.4/10 : le contre-pouvoir donne le LA

Barroso mal noté, l'agriculture européenne survit pour combien de temps ?

A seulement quelques mois de la fin de son mandat, la Commission de José Manuel Barroso s'est vue décerner, par le Green 10 -dix ONG environnementalistes europénnes-, une note de 4,4 / 10 pour son action environnementale sur les 5 années passées.

Pour ce qui touche aux questions de développement sur le territoire européen, nous pourrons souligner que :
- la note "agriculture" peine avec un 4/10
- "biodiversité et éco-systèmes" arrive péniblement à 4/10
- "santé" touche le 5/10

Dans les détails, le Green 10 (WWF, Greenpeace, Amis de la Terre, Bird Life, Climate Action Network, etc.) publie un rapport explicite et peu élogieux : http://green10.typepad.com/docs/G10assessment2004-9.pdf.
Le Green 10 y précise que, sur le plan agricole, je traduis : "malgré un démarrage prometteur, Fischer-Boel a adopté un positionnement classique centré sur une approche financière de la PAC". (sic...) et "Les questions européennes essentielles n'ont ainsi pas été prises en compte : pertes de biodiversité, changements climatiques, crises de l'eau et de la terre. Cela rend très incertains la productivité sur le long terme et la subsistance des écosystèmes agricoles." (re-sic...)

L'essentiel du rapport va dans ce sens.

La prochaine commission devra sans aucun doute faire mieux.
Le Green 10 louche de près sur la future Commission. JMB serait même candidat à sa propre succession. Il est demandé en synthèse et pour conclure sur une note optimiste : "un redoublement d'efforts pour mettre en place des politiques qui aient des impacts positifs sur l'environnement et la santé humaine, et permettant de créer une croissance économique et des emplois durables"

Rappel : Copenhague, The Last Step Before The Dark Wall, c'est dans 6 mois. Y aura-t-il une gouvernance mondiale responsable en matière d'environnement avant Copenhague ?
Question subsidiaire, volontairement acide : est-ce aux ONG de compenser les manquements des institutions européennes et financer les projets de développement agricoles soutenables ?




jeudi 26 juin 2008

Libération versus Burgaud : la justice gagne la liberté (d'expression ?), la presse la perd ?

Chronique prospective imaginaire ? A vous de voir...



La cour d'appel de Versailles a condamné hier Libération -le journal, toute une symbolique- pour "injure publique" à payer des amendes et 10000 euros de dommages et intérêts au juge Burgaud. Pour mémoire -qui se perd elle aussi, une info chassant de la tête de nos concitoyens une autre- il avait été comparé dans un article à un "criminel nazi".

Libération perd en appel contre Burgaud parce que Libération a été trop loin dans la chronique d'actu, ou bien Libé perd parce que les sujets qui traitent des vrais-faux « socialistes » teutons du milieu du 20e siècle sont tabous ? Outre le fait -vérifiable- [clin d'oeil post-mortem à mon maître à penser la liberté d'expression M. Desproges] que ces personnes du milieu du 20e siècle n'aient pas été les plus beaux des humanistes, on pourrait reconnaître malgré tout que Libération, en posant une chronique dure sur la papier, se fait simplement bâillonner pour avoir soulevé un débat, autrement dit pour « excès de démocratie participative » :-D ? Libé, je pense que tu vas trop loin, et que ton côté sociolo-in-love est pas apprécié des certaines sphères influentes... :-)

Outre le fait que cela repose la question de la liberté de la presse, voire à la liberté d'expression, que dire du pouvoir de la justice ? En ces temps où les politiques et influents français de tous bords aiment mélanger allègrement pouvoirs et médias, vie privée et étalages publics, lobbys industriels poussiéreux et intérêts ego-centrés, ce grand marché du tout n'importe quoi semble nous emmener sur un cadre légal moins vivable, autrement dit moins durable. Si à cela nous ajoutons la loi de protection ("anti-piratage") de l'univers numérique qui se prépare en catimini depuis le printemps 2008 qui vient de passer, qu'on pourrait appeler « DADVSI 2 », que restera-t-il des terres de libertés si durement acquises depuis 200 ans en France ?

Décidément, on savait que l'intérêt des grands marchands dépassait largement celui des citoyens, on commence à percevoir que l'intérêt des uns bien placés dans les médias serait lui aussi plus important que l'intérêt de citoyens inconnus ? Ou bien est-ce une simple vue de l'esprit, déformée par une couverture médiatique partielle, à laquelle Libération participe -à la couverture médiatique, restant à savoir si la dite couverture est elle-même "partielle" quand Libé nous abreuve d'infos- ? Ouf. :-D

En ce cas, si on cherche à jouer un peu :

- Libé parle de Burgaud (vrai),

- Libé fait grimper le score de notoriété de M. Burgaud (conséquence logique),

- Burgaud trouverait que Libé (hypothèse), qui n'est pas payé par Burgaud, parce que sinon c'est pas de l'info libre, c'est du marketing judiciaire, travaille mal. On pourrait imaginer : "C'est pas ca que je voulais voir écrit" dit par le sieur Burgaud (hypothèse),

- Burgaud, pas content du tout, attaque Libé (vrai)

- Libé en parle (cf. archives de la presse...), mais ca y est le mal est fait, Burgaud a plus de notoriété instantanée que Libé, et comme tout le monde a depuis longtemps oublié l'histoire et le rôle d'ouvreur de débats de Libé... (faites un sondage dans la rue pour vérifier qui sait quand et pourquoi Libé a été créé)

- On parlerait alors déjà de "Burgaud contre Libé : David contre Goliath", notant au passage que le gentil est cité en premier (parce qu'on oublie aussi le milieu des phrases, on se souvient que du début et de la fin, et parce que les gros sont souvent les méchants dans les histoires qu'on nous raconte...)

- Voilà, c'est plié : Libé a perdu d'avance (hypothèse vérifiable quand on traite d'un sujet en médias de masse). Serait-ce le format même des news qui serait en cause ?

Je vous laisse apprécier les jeux d'hypothèses, comme on est dans une chronique non journalistique, chacun est libre d'apprécier le degré humoristique-sarcastique-cynique du sujet (cochez la case qui vous plait).

En conclusion : quelle vie durable nous proposera le couple justice-pouvoir dans quelques années ? A quand un remake de 1984 plus vrai que la fiction ?

samedi 21 juin 2008

citation du soir...

Former les esprits sans les conformer, les enrichir sans les endoctriner, les aimer sans les enrôler.
Leur donner le meilleur de soi sans attendre ce salaire qu'est la ressemblance.

Form the spirits without conforming them, to enrich them without endoctrinating them, to like them without enlisting them.
And to give them the better one of oneself without awaiting this salairy than is the ressemblance.

                         jean Rostand       

vendredi 18 avril 2008

L’écologie c’est 100% de positif

 

Dans mon cheminement personnel vers une vie simple, propre, pure, verte et vertueuse, chargée de contemplations et d’amour (ouf ?), je considère que l’écologie et la recherche d’un équilibre qu’on qualifie de « durable » c’est 100% de positif.

 

Pourquoi ? Si les plus engagés d’entre vous lecteurs, avez déjà lu les écrits signés par Nicolas Hulot (pédagogue écolo moderne), Pierre Rabhi (agro-écologiste ou éco-agronome repousseur de désert), Hubert Reeves (rêveur solidaire), Mickey 3D (chanteur engagé à la voix un peu triste), et tant d’autres, alors vous pouvez arrêter de lire, vous savez ce que je vais écrire.

 

Pour les autres, suivez ces quelques lignes avec amour et délectation :-)

 

Pourquoi donc est-ce positif ?

 

D’abord parce que c’est plus simple : plus direct entre la production et la consommation, moins d’emballages, des produits sains et naturels, peu d’énergie dépensée pour produire et servir, plus d’apprentissages pour trouver les produits et comprendre la logique de production, plus de lien social.

 

Ensuite parce que c’est plus beau : avez-vous déjà regardé une pomme bio ? Elle est irrégulière, tâchetée, multicolore, fondamentalement vivante. Vous préférez l’uniformité ? Soit, ceci dit la nature est tout sauf uniforme, l’uniformité est un artifice pour vous faire croire que la vie est lisse et rassurante :-)

 

Enfin parce que c’est plus équilibré. Entre des haricots africains et des haricots européens, les premiers seront sans doute moins chers par un jeu artificiel de financements entre l’Europe et l’Afrique lui-même financé par les impôts et taxes, les seconds sont sans doute plus chers à l’achat mais ca va directement dans la poche du producteur, c’est donc équitable et plus équilibré pour tous.

 

Et vous, votre vie, vous la voyez positive ?

Gaz à effets de serre – objectif 2025

Avertissement au lecteur (pour celles ou ceux qui auraient du mal à décrypter) : ceci est une chronique cynique et décalée, c’est de l’humour noir (aussi visqueux et sombre que le pétrole), à prendre au troisième degré avec des pincettes et des gants (le pétrole ca tâche, ca sent pas bon, ca pollue, ca tue et ca déteint, d’où le besoin de gants).

 

 

 

Vous vous souvenez de cette oeuvre majeure de la littérature jeunesse signée par Hergé : « Tintin » ? Avec Tintin à l’époque on pouvait rêver pour partir sur la Lune avec « Objectif Lune ».

 

Et bien un auteur de blagues contemporain nous ressort, que dis-je un storyteller de la dernière heure, « Objectif 2025 : 0 gaz ». Non je ne vous parle pas là de produits malencontreux de la digestion bovine ou humaine, mais bien plus largement des gros gaz à effets de serre, dont les sus-nommés font bien entendu partie. :-)

 

G.W. Bush, le junior donc, nous a concocté une splendide annonce : il propose ni plus ni moins en toute simplicité de « stabiliser les gaz à effets de serre en 2025 ».

 

Outre le côté fanfaron du personnage, qui n’est pas sans rappeler parfois les plus grands acteurs de la première moitié du 20 » siècle, soulignons surtout son énorme performance neuronale. Suivez mon raisonnement :

-