Mike Metz - écologie, agroécologie, permaculture, fermes urbaines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 18 février 2009

Ca bouge à l'ADEME, bienvenue à Philippe Van de Maele

Philippe Van de Maele vient d'être nommé officiellement à la tête de l'ADEME aujourd'hui mercredi 18 février 2009.

Rappelons que la nomination de Philippe est officieuse depuis plus de 10 jours... Ca n'est donc plus une surprise :-)

Le décret du 6 février 2009 désignait Philippe Van de Maele membre du conseil d’administration de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), en qualité de "représentant de l’Etat". La petite histoire : c'est Chantal Jouanno, ex-patronne de l'ADEME, qui a poussé à cette nomiation.

Philippe est un garçon pro et compétent : polytechnicien, ingénieur général des Ponts et chaussées, il était depuis avril dernier le directeur adjoint du cabinet du ministre Jean-Louis Borloo. Et auparavant, il a été pendant 4 ans directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Une fonction proche, qui touchait aussi aux questions environnementales... :-) Ca change.

mercredi 11 février 2009

Mon cahier de tendance 2009 : bio, beau, flashy, vivant, ... et soutenable ?

L'Entreprise nous sert un papier digne des plus grandes sagas : Consommation, marketing, vente : le cahier de tendances 2009, signé par Etienne Gless.

Ce papier commence en fanfare par le / la bio...

« Faire bio et beau à la fois

Fini le bio austère, tristounet, rabat-joie. « Aujourd'hui, nous proposons du vert plaisir jubilatoire. Les consommateurs veulent acheter du bio beau », assure Tristan Lecomte, le fondateur d'Alter Eco, leader du commerce équitable en France. Exit les couleurs sombres. Les packagings d'Alter Eco ont désormais adopté des couleurs flashy : rose, vert, jaune fluo... Et, pour faire saliver le consommateur, on ajoute la photo d'un morceau de chocolat ou de noix de cajou. Bio ne rime plus avec frugalité. Whole Foods, le numéro un des supermarchés bio aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, offre la profusion. Cher et ostentatoire. En France, la distribution bio sort aussi de son ghetto.

C'est à Chartres que Naturéo a ouvert, il y a un an, une surface de 1 000 m2. L'agence Malherbe Retail Design a retoqué le bois naturel pour le remplacer par des tons chauds aubergine, chocolat, olive. Les prix de Naturéo sont de 10 à 30 % supérieurs à ceux des magasins bio classiques. C'est bon, tant pis si c'est un peu chérot ! « La mode aussi se convertit au bio beau, note Jean-Marc Lorach, professeur de développement durable en troisième cycle. La marque Sobosibio donne le ton ! »

A côté des robes sacs en coton organique trônent sur les portants les robes bustiers d'Article 23 ou les robes du soir terriblement glamour de Céline Faizant. Stella McCartney, la fille de l'ex-Beatles, propose carrément du luxe éthique. A la tête d'une entreprise de 120 personnes, elle vient d'ouvrir une boutique ultrachic en France, sous les arcades du Palais-Royal. Ses vêtements (pelisses en mèche de laine, souliers en résine de bois) et ses produits cosmétiques aux senteurs 100 % naturelles incarnent la « Brit'touch ». Le bio beau ne serait-il pas en train de devenir une nouvelle forme de snobisme ? »

Merci Etienne pour ton papier qui valorise la bio, et qui est partiellement décalé voire dans la mauvaise direction : le développement durable, ca veut dire aussi une vie soutenable pour tous. Je cite "Bio ne rime plus avec frugalité", et plus loin "offre la profusion". C'est limite comme manière de présenter les choses, quand on parle d'économie écologique, pour ceux qui sont modernes ca n'a pas de sens.

Car oui la frugalité ca ne veut pas dire déplaisir :-)

Certes Stella fait des produits de luxe bio, c'est normal la nature a bien plus de valeur que les produits chimiques qu'on nous sert en pature.

Notons au passage que les textileurs n'ont pas attendu Etienne pour faire du bio, flashy et équitable, et à la mode. Notons au passage que certains socio-types chez les djeunz geeks les t-shirts de chez Ideo ont la cote (vous savez les 15-25 ans qui t'chatent sur MSN et par SMS tout le temps, qui jouent aux jeux vidéos, etc. ?).

Néanmoins, remercions Etienne de signer ce papier pour valoriser ce secteur qui en a tellement besoin :-)

Et apportons un peu d'eau au moulin des lecteurs qui passent par ici, citons en vrac :

- Biocoop, 1er réseau de magasin bios en France (plus de 300 magasins), qui travaille vraiment avec une approche durable, équitable, solidaire, écologique, coopérative, transparente et socialement responsable. 

- Mademoiselle Bio, une jeune entreprise, qui pousse bien, et qui fait des cosmétiques haut de gamme sélectionnés sur le volet et à des prix réfléchis, services experts à la clé sans suppléments !

- Nature et Découvertes, très connus maintenant, grande chaîne spécialisée, qui a lancé sur le tôt l'application du développement durable dans ses surfaces de vente.

- l'utilisation des vélos-fusées (merci Christophe), concept simple : un vélo citadin équipé d'un moteur boosté avec une grosse batterie, une splendide autonomie en ville à une vitesse de fusée, recharger la batterie avec un panneau solaire, et hop c'est parti pour la route hype-tendance-facile (merci JC Decaux avec Velib and co).

Et vous ? Vous avez des exemples ? Des envies ? Des avis ?

mercredi 4 février 2009

Quelques nouvelles de la ferme de Sainte Marthe

Après la journée de mobilisation du 2 février 2009, Philippe Desbrosses et l'équipe de la ferme nous informe.

Toutes les nouvelles sont sur leur site web : 

http://www.intelligenceverte.org/

et en copie ci-dessous.

Pour poursuivre l'action, une pétition est disponible pour exprimer sa solidarité :

http://www.mesopinions.com/Petition-de-soutien-a-la-ferme-de-sainte-Marthe-petition-petitions-4c9e547e49cf13d036ca5fa21cf7a894.html

Résultats de la journée du 2 fevrier
Menaces sur la ferme de Sainte Marthe

Nous vous remercions pour vos marques de témoignages, votre présence, votre soutien lors de cette journée mémorable de lundi 2 février. Vous êtes venus nombreux, de toute la France, malgré la pluie et la neige, et cela nous a soutenu dans notre démarche que nous souhaitions spontanée,optimiste et pacifiste.

Ce n'est pas la ferme qui était saisie et vendue mais le matériel de la Sté Civile de Production Agricole Alimentaire (Scpaa) qui exploite une partie des terres et des batiments du domaine de Sainte Marthe. Tout ce matériel a été racheté par le comité de soutien (salariés de la Scpaa-particuliers-associations). Ainsi toutes les activités de la Ferme de Sainte Marthe et du Centre de Formation continuent comme avant et cela ne ralentit pas nos projets d'évolution, bien au contraire.

Philippe et ses collaborateurs remercient tous les soutiens, oraux et/ou financiers. Ce qui vient de se passer est un symbole de la voie à suivre ; cela va accélérer les projets de la fondation Intelligence Verte. Nous vous tenons au courant dans notre prochain bulletin en février et dans cette rubrique.

dimanche 1 février 2009

Urgence pour sauver la ferme de Sainte Marthe

La Ferme de Sainte Marthe (Millancay, 41, France) et Philippe Desbrosses sont gravement menacés ; en effet la Ferme de Sainte Marthe a été la ferme pilote pour un programme de recherche européen obtenu par une coopérative agricole.

Cette derniere a connu de graves difficultés financieres et organisationnelles ces dernieres années et a notamment mal piloté ce projet de recherche.  Pour finir elle a préféré rembourser les subventions qu’elle avait obtenues à ce titre ; ce ne serait pas si grave si du fait de ses difficultés financieres, elle n’avait pas imposé à la Ferme de Sainte Marthe de se porter caution solidaire pour participer à ce programme et que c’est maintenant à la Ferme de Sainte Marthe qu’elle demande de rembourser les subventions touchées puis restituées.

La Ferme de Sainte Marthe s’est pourvue en cassation pour imposition abusive de caution solidaire auprès du TGI de Blois et le jugement est prévu le 18 juin prochain.

Ce qui est gravissime c’est que sans attendre ce jugement, les huissiers réclament maintenant le paiement de près de 270.000 euros, ce qui conduirait à la vente de la ferme de Sainte Marthe et à la destruction de son action en formation en agriculture biologique, en conservation des semences anciennes,…

Une manifestation est d’ores et déjà prévue sur place à Millancay le lundi 2 février.

Une pétition va être ouverte dans les prochaines heures pour exprimer votre soutien et tenter de bloquer cette vente après saisie.

Merci à Catherine Chalom pour cet autre exposé de la situation.

samedi 31 janvier 2009

Sauvegardons l'agriculture biologique et la biodiversité végétale

J'ai reçu ce matin un email de la part de Philippe Desbrosses, célèbre docteur en environnement, et en charge de la gestion de la ferme de Sainte-Marthe à Millancay.

L'agriculture biologique est une fois de plus gravement menacée.

Ci-dessous une copie de l'e-mail de Philippe Desbrosses pour se mobiliser rapidement pour protéger l'agriculture biologique et la ferme.

Je publie l'historique de cette affaire pour sauvegarder l'une des dernières fermes biologiques exemplaires en France, en terme d'actions et de démarches positives.

Merci d'en parler dès maintenant !

Chaleureusement,

Mike

edit : Pour se rendre à Millancay et à la ferme de Sainte-Marthe, Philippe Plan d'accès Millancay. Millancay se trouve au sud d'Orléans, entre Orléans et Romorantin.

edit : groupe Facebook créé : http://www.facebook.com/group.php?gid=64673272216

--------------------------------------------------------

Chers Amis (ies) ,   ceci n'est pas une blague

 

Je vous lance un APPEL POUR VENIR EN NOMBRE ME SOUTENIR CE LUNDI   2  Février  à la Ferme de Sainte-Marthe à Millançay,  Loir-et-Cher (voir plan en attache.

 

Rendez-vous à MIDI pour pique-niquer, nous partagerons nos paniers, et nous préparons le vin chaud, le pain et le café bios.

 

Venez vivre avec moi cette journée importante où mon entreprise est saisie et mise en vente par le conglomérat agro-industriel  LIGEA-AGRALYS, suite à un artefact juridique concernant un programme européen inachevé.

 

(...)

 

N.B.  Il y aura d'autres victimes des pratiques de cette coopérative qui viendront témoigner.

 

Nous manifesterons avec dignité, dans le calme et la bonne humeur en accrochant un petit coeur rouge en carton à nos vêtements pour nous reconnaître entre amis.  Des artistes et des personnalités de toutes tendances  nous accompagneront. 

La réalisatrice Coline SERREAU sera présente avec sa troupe de chanteurs et de comédiens.

 

Nous lancerons à cette occasion une pétition de soutien avec un collectif d'associations et plusieurs grandes O.N.G.

 

Le but est d'éviter que la plus importante coopérative agricole de France anéantisse mon entreprise, pionnière depuis  plus de 30 ans en Agriculture Biologique, et détruise  les emplois des 24 salariés qui y travaillent, tout en ruinant ma famille.

 

Je vous remercie de votre aide. Alleluia !

 

Philippe DESBROSSES.

 

P.S. N'essayez pas de me joindre au téléphone, cela risque d'être impossible en raison des circonstances. Mais faîtes circuler largement autour de vous cette information pour être très nombreux.


Menaces sur la ferme biologique de Sainte-Marthe - historique




Historique d’un contentieux avec le Groupe Coopératif agricole N° 1  (Franciade-Ligéa-Agralys) qui met en péril la Ferme bio, pionnière de Philippe Desbrosses suite à un artefact juridique…

Au début des années 90, Philippe Desbrosses et la Ferme de Sainte-Marthe sont sollicités pour la création et le développement d’une section Agriculture Biologique par le directeur de la coopérative des Agriculteurs de Loir-&-Cher « La FRANCIADE » .

Philippe Desbrosses, participe au recrutement par celle-ci d’un ingénieur agronome unanimement apprécié dans les milieux professionnels bio et conventionnels. Grâce à cette collaboration, la Franciade obtient en novembre 1993 un contrat CEE sur 3 ans avec une enveloppe budgétaire de 812.571 écus pour un projet-pilote de démonstration en Agriculture Biologique.

Ce projet communautaire s’inscrit dans la politique de réforme des pratiques agricoles en faveur de l’Environnement et bénéficie des dispositions de l’Article 19 qui soutient des actions pilotes pour la reconnaissance des méthodes de productions plus économes et plus respectueuses de l’environnement et de la santé.

Le programme attribué à la Coopérative Franciade s’intitule : « Projet de démonstration concernant le développement intégré d’une filière Agriculture Biologique ».

La Sté. Civile (SCPAA) Ferme de Sainte-Marthe pionnière de cette démarche depuis 1969, est choisie contractuellement par la Coopérative pour assurer une partie des missions du programme.
Dans cette même période, (1992-97), la Coopérative qui est en butte à de graves difficultés financières, change de Président et le Conseil d’Administration embauche un nouveau Directeur Général puis déplace son siège social, elle change de statut et se transforme en fusionnant avec une autre coopérative concurrente. Elle change également de nom et devient LIGEA.
Entre-temps le nouveau directeur de la coopérative, sous peine de bloquer le projet, exige du gérant de la Ferme de Sainte-Marthe, le17 janvier 1994,  la signature d’une convention d’exécution des travaux avec caution solidaire et indivisible au cas ou la coopérative serait contrainte de rembourser les fonds communautaires.
C’est ce qui s’est passé du fait de sa gestion fautive du programme-pilote dont elle était entièrement responsable.
La série de transformations-fusions-mutations successives du Groupe Franciade, devenu en quelques années LIGEA, puis AGRALYS  (1ère coopérative de France) perturbe le bon déroulement du programme communautaire A.B. Le contrat prend du retard et Ligéa, qui vient aux droits du Groupe Franciade, demande une prorogation à la C.E.E..
La vigilance de la Commission de Bruxelles est alertée par plusieurs irrégularités qui déclenchent trois audits successifs aux termes desquels, ne trouvant pas les réponses satisfaisantes, Bruxelles demande le remboursement des avances financières.
La coopérative, dans cette phase cruciale, n’a plus personne de compétent pour répondre ou pour négocier ; le responsable du programme étant en retraite et non remplacé.


Elle demande à Philippe Desbrosses de suppléer à cette carence, et de répondre à toutes les injonctions de l’administration, alors que ce n’est ni son rôle, ni sa responsabilité, ce qu’il ne peut faire normalement, n’ayant pas tous les éléments du dossier, ni la compétence juridique et administrative.

Finalement la coopérative, dépassée par les évènements, décide de rembourser sans aucune négociation le contrat du projet de démonstration Agriculture Biologique et se retourne contre son prestataire de service, la Ferme de Sainte-Marthe, au titre de la caution solidaire signée en 1994 pour récupérer une partie des fonds.

Il faut savoir que dans cette période le Groupe Coopératif AGRALYS est l’objet d’une plainte des douanes, devant les cours de justice Française et Européenne pour une affaire beaucoup plus grave de déclarations frauduleuses au détriment de la CEE et du  FEOGA, portant sur un détournement d’environ 13 millions de francs.
Il semble que la coopérative ait préféré rembourser sans discuter le contrat A.B. pour ne pas alourdir son cas, sacrifiant du même coup les intérêts de la Ferme de Sainte-Marthe.

La Cour d’Appel d’Orléans, contre toute attente, a donné raison à la Coopérative sur ce simple article de caution sans vouloir juger sur le fond et retenir la responsabilité de la Coopérative dans la gestion fautive du dossier.
Ce en quoi, les avocats de la Cour de Cassation consultés nous ont déclaré que la Cour d’Appel avait dénaturé la clause litigieuse et violé l’article 1134 du code civil…
La Ferme de Sainte-Marthe s’est donc pourvue en Cassation et, possédant des éléments nouveaux, a engagé une nouvelle procédure contre la coopérative Ligéa-Agralys pour gestion fautive devant le Tribunal de Grande Instance de Blois. L’affaire est inscrite pour être jugée le 18 juin prochain.

Mais le jugement précédent est exécutoire et les huissiers réclament déjà avec les menaces de saisie-vente : 267.591,52 €.
Ce qui mettra en péril l’existence de la Ferme de Sainte-Marthe et les ressources d’une vingtaine de familles vivant de ses activités.

La Ferme familiale de Sainte-Marthe est restée la seule en activité sur l’ensemble des 18 exploitations voisines qui ont toutes disparu ces trente dernières années dans ce périmètre.

Nous demandons à chacun d’entre-vous et votre entourage proche, ainsi qu’à chaque élu, à chaque association, et aux O.N.G. de se mobiliser pour soutenir  l’action de défense de la Ferme de Sainte-Marthe, pour qu’elle poursuive sa mission de productions maraîchères, de démonstration-formation  en Agriculture Biologique et de conservatoire des espèces potagères et fruitières anciennes.

Précisions : dans quelques heures un site internet sera ouvert avec la pétition que vous pourrez signer en ligne et un forum de discussion.

mardi 9 décembre 2008

Europe : obligation légale des ampoules basse consommation - et les LED alors ?

l'Europe impose aux pays membres de passer progressivement aux ampoules basse consommation. Certes, et c'est un point positif. Notons que France Info, dans les brèves de ce matin 9 décembre 2008 nous a servi une soupe intéressante mais incomplète : en effet, nul n'a traité des ampoules à diodes (LED), qui consomment encore moins d'énergie que les ampoules dites "basse consommation" (des tubes fluos/néons de fait, appelons cela comme on peut), et surtout : les LED n'émettent pas de rayonnement électro-magnétique...
Certes aujourd'hui le circuit de recyclage des LED n'existe sans doute pas, ceci dit le circuit de recylage des ampoules à tubes est encore sous-faible.

Alors, pourquoi dans ce flot d'informations, France Info, et tous les autres, ne relayent-ils pas une information un peu plus précise en la matière ?

 

Dans ce vaste marché, les industriels bien organisés en groupes d'influences, en lobbys, sont-ils définitivement mieux organisés que les médias ? :-)

vendredi 31 octobre 2008

coup de coeur sonore : awdio.com

une fois n'est pas coutume,  je voulais parler  ce soir d'une pépite sonore : awdio.com. Des dizaines de titres live, mixés par divers DJs plus ou moins géniaux, ou des titres de groupes, bref beaucoup de bonheurs sonores.

Passons outre l'interface austère, qui est rendue de ce fait très lisible, il manque encore nombre de fonctions et d'organisation de l'information qui rendra ce service online définitivement plus cool que son voisin deezer, certes très sympa, mais qui comporte peu de découvertes (sauf quand on fouille beaucoup).

Là, les DJs et programmateurs travaillent pour nous fournir de vraies trouvailles, ou simplement pour nous apporter des ambiances sonores différentes. Avantage non négligeable : le son vient de clubs un peu partout sur la planète, ce qui garantit un certaine mixité et aurait tendance à ne pas définir de ligne de pensée unique en matière de programmation. Je n'ai rien contre Nova, FG ou Oui FM, je trouve simplement que les programmations sont quelque peu "centralisées", du fait du format radio.

Le sieur Poisson qui vient d'arriver à la tête de cette belle aventure, j'espère, saura nous fournir de nombreuses fonctionnalités sympathiques, pour parfaire notre curiosité audio, et faire grossir les rangs de la future -espérons la- communauté online autour de Awdio.com.


Je retourne mettre le son de awdio.com sur ma chaine hifi pour nourrir mes oreilles (dommage la compression MP3, à haute dose ca s'entend, ca gâche pas mal le tout ; on est puriste ou on l'est :-)

vendredi 17 octobre 2008

quels sacs pour transporter son bureau sur soi ?

ca fait des années que je balade ma vie dans un sac à dos : une fois un mini-sac, une autre fois un big-bag façon grosse randonnée... finalement, toutes ces matières ne sont pas très écologiques (fibres issues de matières pétrolières).

Or donc,  il y a  un mois je suis parti en quête d'un bon sac à dos pour transporter mon bureau mobile, le matériel de reportage, de quoi prendre des notes lors de mes rendez-vous, etc.


Critères simples :

- matières naturelles, saines et écologiques
- démarche socialement responsable
- impact financier pas trop délirant quand même
- bonne ergonomie, bonne conception
- modularité
- société porteuse de valeurs et de sens

Et puis je suis tombé sur ca :

Le National Geographic vend des sacs et autres produits dérivés estampillés "NG", réalisés avec des matières écologiques ?


je fouille, je trouve une page australienne, alors ca me laisse pas indifférent (vous noterez le gout des australiens à reprendre en dédicace tout l'univers aborigène qui m'est si cher) :



Dans cette page http://www.natgeogear.com.au/backpacks.html on y trouve un Earth Explorer Large Size, j'aime autant vous dire  que c'est très adapté dans mon cas : matières saines, conception robuste, etc.
Passons outre le coloris, nous ne sommes pas dans un sketch de Palmade là, mais plutôt dans le fonctionnel :-)

Détails intéressants sur les photos haute définition dans la dite page, la conception est très bonne et de surcroit on dispose d'une protection pluie !
Bref, je fouille à nouveau dans l'Internet, pour y trouver ce sac. Sites de vente de matériel de photo, ebay... Je le trouve en France, dispo sous quelques sermaines autour de 300 euros, le même au Canada à moins de 200 euros.
Hop, vite commandé, il arrivera bientôt...

Quelques jours après la commande par ebay, hop un email qui me dit que le sac est expédié.


A son arrivée par UPS, je ne contrôle pas l'intérieur du carton, envoyé par le société ProDigital2000 http://myworld.ebay.fr/prodigital2000/.
Après quelques heures, le soir venu, j'ouvre et  là mauvaise pioche  ! Ca n'est pas le bon modèle.
La personne qui a préparé le colis a placé un sac 'medium' dans un emballage 'large'...

Preuves en images à l'appui :


 

















Et voilà comment on en vient à demander un remboursement de la différence (100 $) à une boutique de l'autre côté de la planète.
J'attends le retour du remboursement pour compenser-anticiper carbone/méthane le transport du sac.

A suivre...

lundi 6 octobre 2008

(téléphones cassés et refilés ...)

voilà, plus aucun téléphone ne fonctionne...

adieu le 0 631 ... : refilé à quelqu'un qui en avait besoin

adieu le 0 675 ... : cassé

adieu le 0 9x : cassé il a l'air de refonctionner

bon reste le twitter, l'email (mike@mikemetz.org), le facebook, le skype, le MSN, l'ICQ, le GTalk...

allez, zou, demain rendez-vous dans une boutique pour ouvrir une nouvelle ligne sur un poste qui fonctionne

et voilà : bienvenue à 0 637 048 775

samedi 13 septembre 2008

gouvernance mondiale, écologie et globalité des démarches : quelles voies pour que tout le monde puisse manger ?

"Ils sont nombreux dans les systèmes de gouvernance mondiaux à penser que la technologie résoudra tous les problêmes et nous allons refaire les mêmes erreurs que par le passé. Nous devons changer de cap et envisager les difficultés à venir dans leur globalité. On ne peut pas régler la question alimentaire sans aborder aussi celle des changements climatiques, de la déforestation et de la dégradation de l'environnement ou de l'érosion massive de la biodiversité. Tout est lié."

James Aronson, du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive, à Montpellier.

James Aronson travaille pour une organisation publique française bien connue, le CNRS, et sa spécialité est les environnements aride et semi-aride, et la restauration des systèmes écologiques et socio-écologiques.

Il nous conte donc dans sa phrase tous les enjeux politiques de demain.

Pour ne pas sortir cette citation longue de son contexte, je vous invite à lire avec gourmandise et élévation du niveau de conscience l'article publié par le CNRS à propos de la crise alimentaire (vous savez celle dont on ne parle plus beaucoup dans la presse française...) : http://www2.cnrs.fr/presse/journal/4027.htm

On y apprend en synthèse que l'agriculture intensive écologique serait une solution durable pour nourrir la planète... :-) J'émets quelques doutes :-D

Pour en savoir plus sur James Aronson, rendez-vous sur sa page : http://www.cefe.cnrs.fr/ecores/personnel/James_Aronson.htm 


lundi 1 septembre 2008

marguereat.com : manger bio, bon, pas cher ?

Celles et ceux qui vivent bio connaissent sûrement Marguereat ? Pour les autres je vous invite à les découvrir par ici http://www.marguereat.com.

Outre le fait que les plats, cuisinés par un chef, sont excellents, on pourra souligner avec gourmandise que les plats sont de très bonne qualité et plutôt nutritivement intéressants, cuisine de saison biologique (dommage) oblige. Ils peuvent être commandés par Internet, il existe des formules business avec présentation soignée, et des formules standard à moins de 10 euros. Quand on sait que la livraison est efficace, pourquoi se priver ?

Bon appétit à toutes et tous !

Rendez-vous par ici pour tout savoir sur cette belle initiative (pour le moment uniquement en région parisienne) :

http://www.marguereat.com

dimanche 24 août 2008

politique durable en entreprise : quels choix de mobilier ?

Cela fait longtemps que je voulais écrire sur l'écologie quotidienne appliquée à l'entreprise, à ces fameuses politiques de développement durable pour les sociétés, qui se calquent d'ailleurs très bien pour la vie quotidienne privée, et réciproquement.

Le premier argument des entreprises à ne pas passer au durable, à des choix respectueux pour le vivant (NDLR : le vivant = les Hommes + les animaux + les végétaux etc.), c'est le coût. Oui, ce coût énorme, gigantesque, insurmontable, délirant, tellement dispendieux qu'il en devient une barrière infranchissable d'avance, une sorte de K2 du 17e siècle, c'est à dire avant même d'en connaître sa réelle valeur !

Petit point :

Exemple simple, pour que tout le monde comprenne : un bureau basique acheté chez un vendeur pro pour les pros, Office Dépot, au hasard, on pourrait aussi parler de Bruneau ou Viking Direct ou encore JPG, ca coute combien ? En cette période d'été, et presque de pré-rentrée, ca coute une centaine d'euros. Pour 99 euros, seuil phychologique où les acheteurs d'entrerises se font encore avoir mollement, nous avons une planche horizontale en bois aggloméré de colle à forte teneur en COV (Composés Organiques Volatiles = toxiques dangeureux pour la santé), un système d'appui (des pieds) dans le même aggloméré, et une barre transversale pour rigidifier le tout (oui l'agglo, c'est mou, vu que c'est constitué de petits copeaux de bois et de beaucoup de colle).

Est-ce que les bureaux basiques sans COV existent ? Après quelques recherches et réflexions simples, on se tourne vers les vendeurs "grand public", sinon vers les menuisiers :-)

Au regard des tarifs des professionnels et artisans du bois, noble certes, on reviendra à un principe de bas réalisme financier, pour voir in fine s'il existe une réponse qui satisfasse le plus grand nombre. Dans le grand public, nous avons les mêmes produits que chez les vendeurs pré-cités, ou bien nous avons la marque "tout intégré" Ikea. Son image de sérieux (oui, dans le stéréotype français, le scandinave est sérieux), de robustesse (oui, ... le scandinave est un bucheron dans l'âme (sic), nous pousseraient à aller voir. Et là, après des recherches assez poussées, on apprend que Ikea a mené des travaux afin que ses produits utilisent des colles sans COV, à base d'eau tout simplement, et ce de surcroit en partenariat avec le WWF, gage de sérieux (donc le stéréotype a raison ?). Mieux, Ikea vend des bureaux en bois brut, en chêne par exemple, à l'esthétique différente et souvent enviée bien que elle aussi devenue un standard, réalisés à partir d'arbres issus de forêts gérées durablement (oui,Ikea son coeur de métier est basé sur le bois). Intérêt du bois brut : on peut le personnaliser et lui donner l'allure que l'on veut (alors que pour customiser de l'agglo recouvert d'une feuille vernie, c'est moins simple).

Et à quel prix ? 100 euros aussi.

Alors pourquoi aller acheter un bureau en bois brut plutôt qu'un bureau en aggloméré ? Grâce, ou à cause, c'est selon le goût, des COV, ces composés toxiques pour la santé des animaux.

Pour conclure rapidement, on peut donc, rien que sur l'aspect mobilier de l'univers professionnel, réaliser avec esthétique, au même coût et durable qu'avec les produits dits conventionnels... :-)

Comme dirait le vendeur de chaussures : "just do it !" :-D

La prochaine fois, on parlera de qualité de l'air et des encres, puis des fournitures d'écriture et des papiers.

mercredi 20 août 2008

les e-mailings de Nature et Découverte peuvent être améliorés

En grand amateur de réponses positives pour faire évoluer la société, je me suis abonné à la newsletter éditée par Nature et Découvertes.

Et là quelle surprise ! Si j'ai pas envie d'acheter chez Nature et Découvertes, ca n'est pas le emailing qui va me donner envie !

Outre le fait que j'ai à mon humble avis râté une occasion de contact intéressant avec François Lemarchand dans une soirée avec Pierre Rabhi début juillet dernier, Nature et Découvertes édite une newsletter qui pourrait être améliorée en bien des points.

Reprenant mes deux bâtons de randonnée que sont celui d'écolo-coach et celui d'architecte éditorial à vocation marchande, voici en condensé quelques optimisations bien nécessaires :

- quand on ouvre le message, sans l'affichage des images, ce qui est de plus en plus le cas par défaut, depuis Outlook 2003 et 2007, et avec le développement des webmails, le message affiché est peu structuré, pas coloré, pas stylé, ce qui en fait un amas de textes non hiérarchisés et informes

- les zones de transfo sont où ? le montage HTML laisse un peu à désirer (non, je ne suis pas un technicien, mais quand même... :-)

- poids de l'e-mailing : ca compte quand meme un peu, il y a encore des personnes qui ont accès au net avec du bas débit, surtout si on parle de développement durable : poids lourds = plus de bande passante = plus de consommation d'énergie = plus de CO2 dans l'atmosphère (et avec plusieurs milliers de clients, et plusieurs envois par an, ca compte aussi)

What else ? on réitère le micro-audit avec les e-mailings de la FNH ?

M*nsant* : comment rendre positif un criminel du commerce ?

La célèbre compagnie de vente de produits chimiques, et autres produits génétiquement modifiés, à destination du grand public et des entreprises, que l'on appellera "M*nsant*", afin que les moteurs de recherche ne fassent pas augmenter la notoriété de la marque grâce à ma modeste contribution, la célèbre et morbide marque donc va lancer une campagne pour promouvoir son côté gentil et d'intérêt général.

Si M*nsant* affirme qu'elle va nourrir la planète, parce qu'après tout il est vrai que le contrôle de la culture des OGM en plein champs serait selon cette organisation "parfaitement contrôlée", on peut se poser la question de la pertinence de l'opération "24 heures avec M*nsant*".

Outre le fait que cette société qui a participé directement à l'une des plus grandes attrocités de guerre au Viet-Nam pendant la dite guerre où les USA sont intervenus, que l'on appelerait "un effet de bord" dans leur langage, elle souhaite "mieux communiquer". Car le lobbying violent que cette entreprise exerce de par le monde, les pressions douteuses réalisées auprès de ses réseaux et clients, et le mépris total de lois touchant à l'environnement et à la santé publique, ne font pas d'elle le meilleur communicant qui soit.

Rappelons au passage, car un événement en chasse souvent en autre dans la mémoire collective, voire dans l'Histoire, que M*nsant* a créé l'agent orange, diffuse des OGM en plein champs comme le M*N810, et est en cause dans l'affaire des PCB, sans oublier que le R*und-Up est un dérivé softcore de l'agent orange... Rien que les cocktails splendides de défoliants déversés par les clients de M*nsant* depuis 30 ans permettraient de tuer environ 12 milliards de personnes, soit grossièrement vu l'horreur du chiffre 2 fois la population sur Terre. Bien-sûr, on en conclut ce genre de choses à partir des données mentionnées dans l'ouvrage "le monde selon M*nsant*", au succès florissant comme un champ de fleurs sauvages bio, pas par hasard.

Si j'aime par dessus tout les manières positives de construire le monde, et de faire progresser ses êtres vivants sur la voie de la sagesse, ce genre de nouvelle pourrait mettre en colère plus d'un militant activiste, je pense notamment à José Bové, aux faucheurs volontaires, et également à Greenpeace, parmi les plus connus.

Et si au lieu de communiquer mieux, M*nsant* prenait elle aussi une voie pleine de sagesse, et s'orientait vers un green-business éthique, qui se charge depuis quelques années lui aussi du vert des dollars, en Amérique du Nord et ailleurs.
Agro-alimentaire industrielle n'est pas incompatible avec agro-écologie, alors à quand des accords sains et positifs entre paysans verts-écolo et industriels verts-maladifs ?

mardi 5 août 2008

Dans la série des surprises, pas mal de nouveaux projets pour Septembre...

... bien entendu, les collaborations habituelles vont se poursuivre, à un rythme toujours aussi soutenu.

Les quelques semaines d'été sont un bon moment pour prendre un peu de recul. Septembre sera un mois plein de nouveautés et de surprises aussi.

Ca sera le moment pour développer pas mal de présences en ligne (edit : et hors ligne surtout !), dont la multiplication de mes propres posts (edit : ici et ailleurs)  :-D

Bon été 2008 à toutes et tous.

mercredi 23 juillet 2008

Smoothie ? pour ou contre des jus qui perdent leurs qualités nutritionnelles ?

Smoothie, et les jus multi-fruits équivalents, est-ce qu'ils perdent leurs qualités nutritionnelles ?


Entre des fruits congelés issus de l'agriculture conventionnelle, des fruits achetés sur le marché dont l'origine n'est pas précisée, et des fruits frais issus de l'agriculture bio-dynamique, quels sont les produits à la qualité nutritionnelle la plus élevée ?

Dans le Smoothie, est-ce qu'il y a du sucre ajouté ? Et quel type de sucre ? Quand on sait que le sucre blanc, le sucre raffiné, n'a absolument rien à voir d'un point de vue nutritionnel avec le sucre brut ou le sucre complet, comme le fameux Rapadura ?
Concrètement, le goût est réhaussé par le sucre blanc, les calories apportées sont plus élevées, mais d'un point de vue nutritionnel cela est moindre par rapport au sucre brut...

Pour des végétariens, des écologistes pratiquants et convaincus, le Smoothie n'apporte rien de positif somme toute. Si la recette de base est issue du milieu du surf, le résultat final semble donc bien loin de la philosophie de départ...

Et les jus qui mixent les fruits et le lait ? Idem, voire pire ?

Et si on imaginait des Smoothie en boisson gazeuse ? :-)
Innovant ?

Et vous, vous en pensez quoi ?

jeudi 3 juillet 2008

on avance, à bicyclette, sur la voie des événements durables

CB News nous sert aujourd’hui deux news majeures, alors que c’est le début de l’été et que - d’habitude – tout le monde s’en fout des thèmes écolos… :-)

 

Le vrai virage – à vélo – est enfin pris vers des actions responsables et écologiques… Etonnant pour une discipline finalement moins énergivore que la Forumule 1 d’avoir mis autant de temps pour agir de manière éco-responsable… Regardez ce qui se fait en Allemagne ou aux Pays-Bas depuis 20 à 30 ans : autant de monde à vélo, peu avancent aujourd'hui dans les pays nordiques les arguments écolos du vélo, tellement c'est une évidence.

Bravo à cet acteur de compenser carbone, c'est une première étape (sur le plat). A quand la compensation/anticipation carbone globale de Bouygues Telecom sur toutes leurs activités, pour une étape de petite montagne, et surtout à quand les vraies actions écolos transparentes chez cet opérateur (grande montagne, cette étape) ??

 

Bouygues Telecom sponsor éco responsable

Partenaire de l'équipe cycliste éponyme engagée sur le Tour de France 2008, Bouygues Telecom a décidé de compenser les émissions de CO² liées à sa participation à la compétition par le biais d'un partenariat avec EcoAct à travers lequel il participera au financement d'un projet de fermes Biogaz située au Brésil.

 

 

Rue89 attaqué par France 3 sur le terrain de l'éthique journalistique

Dans le domaine de la communication, des médias et de l’éthique, CB News, encore, nous donne une info intéressante, si jamais vous ne l’aviez pas vu avec le tapage pro-Ingrid B., si étonnant de ferveur populaire militante (pour une fois que le militantisme populaire est là) :

 

« France 3 demande à Rue 89 la suppression de la vidéo sur Sarkozy

France 3 a demandé hier la suppression d'une vidéo montrant Nicolas Sarkozy sur le plateau de la chaîne, avant son interview proprement dite lundi par des journalistes, à tous les sites internet qui l'ont diffusée. Confirmant des informations du site d'information Rue89, la chaîne précise qu'elle a adressé à plusieurs sites, dont Rue89 et Dailymotion, une lettre d'avocat demandant notamment aux destinataires "d'interrompre l'accès à cette vidéo" et d'indiquer à France 3 "les conditions dans lesquelles" ces différents sites se sont procurés la vidéo en question. Selon l'avocat de France 3, le courrier adressé aux différents sites doit être considéré comme "une mise en demeure avec toutes les conséquences que la loi et les tribunaux y  attachent". Sur son site, Rue89 s'estime ainsi menacé de procès et s'étonne qu'un media puisse menacer "un autre media de procès pour révéler ses sources". "Bien évidemment, Rue89 ne révèlera jamais la source de ces images", ajoute Pierre Haski, cofondateur du site. »

 

S’il est un point intéressant, c’est que la menace semble porter sur le fait qu’un média vienne chatouiller un autre media de procès pour révéler ses sources :-D

 

Décidément, jusqu’où va se placer l’éthique des journalistes ? Et oui, malgré tout ce qu’on pourra ou voudra dire, Internet est devenu un 5e pouvoir, et un média citoyen comme Rue89 l’affirme haut et fort, d’une certaine manière : Rue89 fonctionne comme les journalistes, et ne saurait révéler ses sources :-)

 

lundi 30 juin 2008

une éolienne sur un événement ?

Olivier D. nous a informé récemment dans l'un de ses posts qu'Orange installe sur des festivals une tente pour recharger les téléphones mobiles. Outre le fait très durable que la dite tente fonctionne avec une éolienne, Orange pourrait en profiter pour faire une information publique sur les avancées récentes en matière d'études sur les micro-ondes des dits téléphones mobiles.

Car si ce type d'initiative tardait légèrement à arriver de la part d'un industriel, on pourra souligner la beauté du geste de cette société oligopolistique.

Il y a déjà quelques mois, les agences de communication événementielles se sont engagées dans une charte de communication durable, voilà enfin une première petite application où l'électricité de faible puissance pour l'événement est durable.

Question pour la marque colorée : est-ce qu'on connaît le cycle de vie de la tente, et comment elle sera réutilisée/recyclée ?

Question subsidiaire : est-ce que le tout est compensé/anticipé carbone ? :-)

- page 2 de 5 -