CB News nous gratifie aujourd'hui d'une news où le BVP encore une fois n'est pas très raccord avec une éthique "durable".

In extenso, en voici l'intégrale :

"

Le WWF commente les résultats de l'enquête Publicité et Environnement

Le WWF a réagi aux résultats de la deuxième étude menée par le BVP et l'Ademe sur l'utilisation de l'argument écologique par la publicité. Pour mémoire, elle montre une augmentation sensible, de 64.1% à 81.9% entre 2006 et 2007, des dossiers conformes avec la déontologie du BVP, ainsi qu'une augmentation de l'utilisation de l'argument écologique, qui se retrouve dans 3 % des publicités (vs 1.2% l'an passé). "Il faut pouvoir comparer des choses comparables ! Entre la campagne de la marque Ultra pack (filtre à eau de robinet) passée inaperçue et les campagnes de promotion de Volkswagen pour son 4x4 Tiguan ou sa Passat pseudo écologique qui s'étalent sur nos murs et dans la presse magazine, on n'est pas dans la même dimension en terme de puissance d'exposition auprès du public. Pourtant la première est citée et pas les secondes dans ce rapport", commente Jacques-Olivier Barthes, directeur de la communication du WWF-France qui dénonce par ailleurs l’absence de pondération par la puissance du plan média. Autres points noirs, "le silence assourdissant sur la question du non respect systématique des dispositions de la directive européenne 1999/94/CE" (indiquant la consommation des véhicules et leurs émissions de CO2) toujours pas respectée les constructeurs automobiles et "l’esquive" du BVP "se défaussant sur les pouvoirs publics" face aux quelques 200 plaintes déposées sur ce point.

"


On notera que le BVP une fois de plus s'illustre par sa position ouvertement pro-annonceurs. C'est logique puisqu'à ma connaissance finalement rien n'a évolué au niveau de la gouvernance pro-environnement au BVP.

Plus finement, malgré les quelques annonces (de simples effets ?) pro-écolo dans les agences de communication et d'événementiel, que voit-on avancer concrètement côté grand public ?

  • Des annonceurs qui augmentent leur verdissement de campagnes.
  • Un BVP qui campe sur ses positions, et qui se déchargerai sur le secteur public (" c'est pas ma faut à moi, moi Lolita " ?).

Et pendant ce temps là, des industriels avancent dans l'ombre avec des produits réellement positifs pour limiter au maximum l'impact sur Terre et protéger le vivant. Parmi eux, certains constructeurs de maison écolos-passives-voire à énergie positive (si si !). Et des regroupements de citoyens pour construire des réponses rapides aux questions posées vis à vis du réchauffement climatique et des crises socio-environnementales à venir.

Ce que le BVP ne fait pas, les citoyens sauront choisir utilement. On voit déjà poindre ca et là des régies publicitaires éthiques (citons Goodaction, qui est dirigée par un ami : www.goodaction.org), des agences de communication réellement éthiques, responsables et impliquées à coeur... Bref : le meilleur est à venir pour ces alter-acteurs, des consom'acteurs, car aux vues de l'évolution du cours du pétrole, je ne suis pas certain que le modèle socio-économique occidental puisse tenir longtemps.

Des avis ?