Les Amis de la Terre Belgique, association écologiste bien connue, lance souvent des campagnes destinées à informer et communiquer. L'une d'entre elles m'a particulièrement questionné, non pas sur les pratiques écologiques, car je suis très avancé par rapport à la moyenne française, mais sur deux mécanismes :
1. qu'est-ce qui bloque mes concitoyens et qui fait qu'ils ne passent pas à l'action quotidienne soutenable ?
2. qu'est-ce qui bloque les chefs d'entreprises dans cette faible intention à passer à des stratégies durables ?

Cette campagne qui pousse à l'action durable, dont la vidéo est visible sur Youtube http://www.youtube.com/watch?v=c5RVix7vsnU n'est in fine pas qu'une n-ième campagne de communication. Ici on entre dans la sphère des campagnes de marketing social, ce qui est assez rare dans la sphère francophone pour être souligné.

Parmi les freins, on pourrait citer la méconnaissance évidente, mettant en doute en permanence en France l'innovation, le meilleur être, les tendances utiles, les actions d'intérêt général, sous le prétexte fallacieux que ca ne rapporte pas d'argent et que ca coute plus cher.

J'en veux pour preuve, l'ouvrage évident signé par le docteur Lilian Le Goff il y a 3 ans "Manger bio c'est pas du luxe" qui démontre, chiffres et comparatifs à l'appui, que se nourrir de manière saine et naturelle, avec des aliments biologiques, dans un autre modèle alimentaire, coûte moins cher que d'aller dans la Grande Distribution ! Quoi ? Oui madame Michu, je vous assure !! C'est totalement révolutionnaire !!!

Or là où ca fait mal, chapitre premier de la vie du futur écolo-converti, c'est qu'il faut oublier ses habitudes et se forcer à changer de philosophie de vie !

Et au niveau des chefs d'entreprise ? L'agence Limite, co-dirigée de main experte par le très bon Fred Bardeau, a publié ce jour le sujet que j'attends depuis des années : l'écoflation est en marche, ou comme il le titre lui-même si bien "l'écoflation : l'obligation de l'environnement pour sauver les profits". En résumé pour espérer continuer d'exister dans le secteur marchand, il faut réellement prendre en compte le développement durable dans sa stratégie et ses actions d'entreprises, et ce, à tous les niveaux.

Comme le décrivait si bien Hélène sur Rue89 en décembre 2008 : "Verdir son image pour coller à la mode, c’est une chose. Anticiper la crise écologique pour préserver les performances de l’entreprise est une autre paire de manche.". Fred nous résume cela avec brio : baisse des profits de 13% à 47% de 2013 à 2018 si rien n'est fait pour passer à l'action.

Vous voyez bien que la petite fille du clip a raison : les hommes en costumes doivent agir. Finalement, cette inversion des valeurs  tendrait-elle à montrer que les enfants et les adultes ne sont pas ceux que l'on croit être ?