Il est 21h, je suis dans un TGV qui me ramène de Grenoble. Avant les discussions décisives de Copenhague, il reste environ 52 jours. Dans 52 jours la conférence sur le changement climatique sera lancée. Moi, nous, chacun de nos concitoyens, tous ensemble nous avons un devoir vis à vis de notre milieu de vie. Un devoir de respect du vivant sur Terre.

Depuis plusieurs mois des actions de sensibilisation autour de cette conférence se multiplient. Aujourd'hui j'ai rencontré quelques 40 décideurs et autres chefs d'entreprise. Une seule entreprise était engagée : elle propose à ses voisines de mettre en place pour elles du co-voiturage. J'ai écouté des discours parfois proches de la folie aveugle-sourde-muette tellement certains économistes regardent mais ne voient pas l'urgence qui nous lie aux crises systémiques, ces crises globales, cette crise globale, que nous vivons de plein fouet.

Nicolas Hulot en sortant son film documentaire "Le syndrome du Titanic" ouvre les yeux à celles et ceux qui ne sauraient pas. Maintenant ils ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas. A nous tous d'agir, de faire savoir, de remonter à nos chères têtes politiques des éléments de réponses viables à court terme afin de réduire notre empreinte écologique, et nos émissions de gaz à effet de serre.

Parmi les agitateurs de sensibilisation qui existent sur Internet, je veux souligner la campagne TCK-TCK-TCK. Il s'agit de sonner l'alarme climatique, et réveiller les dirigeants du monde avant le sommet. 20 ONG sont autour de cette campagne.

>>>  A vous de signer leur pétition et appel à mobilisation générale.


Un seul but est défendu : faire en sorte que nous puissions avoir un milieu où la vie et l'être humain pourra garder son autonomie sans avoir à lutter contre ses propres actions délétaires. Il faut que les dirigeants de ce monde, soutenus par chaque terrien, prennent les décisions qui s’imposent et qui s'imposeront aux générations futures lors de la conférence de Copenhague.
Les décisions finales nous reviennent aussi : à nous tous, à chacun d'entre nous, de relever le défi qui s'impose aussi. Réduire, recycler, réutiliser, repenser : quelques verbes d'actions qui nous amèneront naturellement à une nouvelle civilisation. Celle de la rareté.

Belle et agréable journée à toutes et tous.