Lors de mes recherches pour accompagner ou mettre en oeuvre des projets tels que Herba Folia, Germinaissances, ou Alliance Terre et Environnement, une question a été et est encore souvent présente : comment faire en sorte que le maximum de personnes puissent devenir autonomes en France en terme d'alimentation ?

Après bien des rencontres, des échanges, quelques lectures, des expérimentations, je m'aperçois que l'Amérique du Nord et l'Europe ont beaucoup de points communs, et tellement de différences. Si l'Amérique du Nord est en avance sur la dette (encore une fois), c'est aussi le sous-continent qui a su le mieux anticiper son déclin. Au point que les habitants (courageux) des USA ont mis en oeuvre ici des jardins partagés très productifs, là des jardins potagers collectifs sur des toits.

Et ici ? Les hyper-urbains des grosses villes semblent rester cloîtrés dans leurs appartements. Et les gens des champs poursuivent leur chemin de vie ? Et pas que ... ?

Il y a aussi les innovateurs, les résistants au fatalisme. Ceux-là s'adaptent au changement, et augmentent leur aptitude autonomiste du point de vue alimentaire. Voilà là l'une des valeurs de la permaculture.